jackguitar

la guitare éclectrique de Jacques Vannet

Jack a dit...

La haine de la musique

Depuis ce que les historiens appellent la « Seconde Guerre mondiale », depuis les camps d'extermination du IIIe Reich, nous sommes entrés dans un temps où les séquences mélodiques exaspèrent. Sur la totalité de l'espace de la terre, et pour la première fois depuis que furent inventés les premiers instruments, l'usage de la musique est devenu à la fois prégnant et répugnant. Amplifiée d'une façon soudain infinie par l'invention de l'électricité et la multiplication de sa technologie, elle est devenue incessante, agressant de nuit comme de jour, dans les rues marchandes des centres-villes, dans les galeries, dans les passages, dans les grands magasins, dans les librairies, dans les édicules des banques étrangères où l'on retire de l'argent, même dans les piscines, même sur le bord des plages, dans les appartements privés, dans les restaurants, dans les taxis, dans le métro, dans les aéroports.

Même dans les avions au moment du décollage et de l'atterrissage.

Même dans les camps de la mort.

L'expression Haine de la musique veut exprimer à quel point la musique peut devenir haïssable pour celui qui l'a le plus aimée.

Pascal Quignard (1996). La haine de la musique , Calmann-Lévy

Pensées sur la musique

« La musique, langage universel parce qu’elle est le langage de tout l’homme.

Langue universelle, mais il y a toutes sortes d’accents ; et l’accent qui rebute, ou celui qui n’est pas compris, nous éloigne de cet esprit ou de ce cœur universels dont le musicien est l’interprète. À tout instant, la grande musique nous rend le tout de l’homme, pensée et sentiment, art et nature. De l’espace elle fait du temps ; et du temps elle fait de la conscience. La grande musique est l’art du total vivant. La musique parfaite serait une parfaite transmutation de la matière en esprit, et non pas dans l’abstrait, dans le sensible. Par où nous en voulons tant à la mauvaise musique et à la moindre : elle nous invite à la somme désirée, et nous en sépare au moment où nous croyons l’atteindre. Une déception si passionnée nous est trop cruelle. Nous allons tenir l’objet d’un désir où toute la vie nous semble incluse, et il s’évanouit en flocons de poussière et de vaine durée. La déception musicale est pareille à la déception amoureuse. On est déçu par la musique comme par l’amour, si on n’est pas comblé. »

André Suarès, Sur la musique, Actes Sud, 2013, p.39

2 réponses

  1. Cette citation mérite plus ample réflexion de ma part dessus.
    Simplement j’ai relevé ici ce qui touche le plus à mes intentions dans mon travail aujourd’hui « Nous allons tenir l’objet d’un désir où toute la vie nous semble incluse, et il s’évanouit en flocons de poussière et de vaine durée.  » Pour moi, ici la musique commerciale est citée au travers de la « mauvaise musique ». Mais tout cela nous rassemble et semble. Nous en semble.
    C’est bien drôle, le paraître où bien le part Être. Nous ne sommes plus.
    Société de l’apparence pour solidifier et renforcer une attirance vaine qui nous éloigne du Soi. Mais l’on s’y sent inclu. Donc il nous semble Être. Enfin toute ce passage que j’ai relevé reflète beaucoup ce que je souhaiterais exprimer au travers de mon travail.

    Merci !

    Quand à la musique parfaite et à son idée, sa pensée sur la musique, cela fait réfléchir : matière, espace, temps, conscience…

    Le son ?
    Sans trop philosopher je vais y réfléchir et cette citation me permet de pouvoir trouver ma réponse…

    Merci Jack !
    Angel

    1. Angel,
      Ce sont les mots d’un poète qui sont posés au-dessus de nous, donc difficile de « discuter » sa vision : grande musique, esprit, matière, sentiment, conscience, universel, pensée, sentiment, art, nature, etc.
      « La grande musique est l’art du total vivant », que pouvons-nous objecter à une telle affirmation ? Rien, c’est de la poésie ;-)
      Peace be upon you
      Jack

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.