jackguitar

la guitare éclectrique de Jacques Vannet

Jack a dit...

Avez-vous déjà écouté de la musique ?

Peut-être aucune musique n'a-t-elle encore été écrite ou écoutée. Peut-être l'art ne naîtra-t-il vraiment que le jour où aura disparu le dernier de ceux qui auront voulu en tirer leur gagne-pain.

Charles Ives (1970). Essays before a Sonata , Norton

Répéter

Une suite de phrases et de citations sur le phénomène de la répétition, en musique et ailleurs. La répétition est un principe premier en musique. Riff, thème, leitmotiv, pattern, ostinato, autant de termes désignant une phrase musicale, de durée variée, destinée à être répétée, soit à l’identique, soit avec des variations plus ou moins importantes.

Voici ce qu’en dit Marc Honegger dans Connaissance de la musique

« Procédé de composition qui consiste à reprendre sous une forme identique un motif, un thème ou une phrase mélodique. C’est un principe que l’on retrouve aussi bien dans les arts plastiques qu’en poésie (rondeau, virelai) et en musique, dans l’art populaire comme dans les œuvres savantes : chansons à couplets et refrain, rondeau, fugue, chaconne, passacaille et, plus généralement toutes les formes à reprises ».

Le procédé de répétition est omniprésent dans la musique classique. Depuis les morceaux du Moyen-Age jusqu’au fameux Boléro de Ravel…

« La dialectique de la répétition est simple, car ce qui est répété a existé, sinon il ne pourrait être répété ; mais c’est précisément le fait d’avoir existé qui donne à la répétition le caractère d’une nouveauté. »

La répétition, Kierkegaard

Vexations

« Certes, on ne pourrait pas supporter une exécution de Vexations ( qui dure [c’est mon estimation] vingt-quatre heures ; 840 répétitions d’une pièce de cinquante-deux mesures contenant elle-même une structure répétitive : A, A1, A, A2, chaque A d’une longueur de treize mesures), mais pourquoi y songer ? »

Silence, John Cage

Répétition et ennui

 

« …l’ennui c’est nous qui nous le donnons. Dans l’expérience des Vexations comme dans l’oeuvre de Riley ou de La Monte Young, l’ennui ne surgit que si nous le suscitons en nous-mêmes.« 

Pour les oiseaux, John Cage, p.40

« La répétition ne change rien dans l’objet qui se répète, mais elle change quelque chose dans l’esprit qui la contemple.« 

Hume (cité par Deleuze)

La répétition dans la musique

« Le procédé de la répétition est certainement un des mécanismes privilégiés permettant de préserver l’unité.
Il est très caractéristique du langage musical qui – sous cet aspect – est bien différent du langage verbal (notons cependant que certains langages musicaux contemporains ont voulu éviter toute forme de répétition).
Il peut s’agir de la répétition d’un motif (par exemple un motif d’accompagnement, tel un ostinato de la basse), de la répétition d’une phrase ou même d’une section entière.

Claude Debussy a particulièrement bien exemplifié ce principe de répétition en pratiquant l’usage systématique des duplications dans ses oeuvres (Ruwet N., 1972, cité par Malherbe C., 1986, p.167).

Dans la forme rondo, un même refrain alterne avec différents couplets. Les formes populaires actuelles sont construites à base d’alternances couplet refrain et le procédé de la répétition y est parfois porté à l’extrème. Le succès de la forme couplet-refrain est certainement dû au fait que cette forme exprime d’une manière très claire un principe dialectique de complémentarité contrastante (couplet et refrain se mettant alternativement en relief l’un par rapport à l’autre).

Les effets de surprise dont nous avons parlé pourront être provoqués par la rupture d’un phénomène répétitif qui aurait été précédemment instauré. Notre esprit qui s’était habitué à la répétition est surpris par son interruption.

A rapprocher également des phénomènes de répétition, l’écriture canonique qui a pu être été inspirée aux musiciens du Moyen-Age par l’écho des cathédrales (Malherbe C., 1986, p.169). Nous pouvons y voir la traduction musicale d’un effet de surprise provoqué par un phénomène acoustique naturel. »

Frédéric Rossille *, « La musique de nos émotions », in « Emotion et musique« , Françoise Russo-Marie et Frédéric Rossille, éditions EDK, Paris, 2001. (lire l’article original)

la répétition est-elle nécessairement fonction de la mémoire ?

Elle a beaucoup à voir avec, vous ne trouvez pas ? Il faut se souvenir pour battre la mesure. Il faut savoir où sont les temps forts. Il faut s’en souvenir. En être libéré est ce qui m’intéresse.
Il y a une très belle phrase de Marcel Duchamp :  » Perdre la possibilité de reconnaître deux choses semblables.  » Et il l’exprime comme but. Ce qui veut dire, d’un point de vue visuel, regarder une bouteille de Coca-Cola sans avoir le sentiment de l’avoir déjà vue, comme si on la regardait pour la première fois. C’est ce que j’aimerais trouver pour les sons – jouer avec et les entendre comme si on ne les avait jamais entendus.

John CAGE, 1984 – Cage / Duchamp, par Marc DACHY, Eolienne – 2005

Répétition et politique (humour)

« De toute façon, la politique et la musique, c’est la même chose : la répétition ». […] « Mais oui, la politique est une répétition infernale : toujours les mêmes visages que l’on croise dans les couloirs des assemblées, toujours les mêmes réunions, toujours les déplacements en voiture, en train ou en avion, qui toujours inévitablement finissent pr un discours soporifique, le milieu qui ne change pas et qui ne changera jamais. Surtout, la violence, la violence tapie bien au chaud dans les mots, la violence aveugle, qui vous tombe dessus comme une douche froide. Celui qui réussit en politique est celui qui supporte tout ce cirque le plus longtemps. » Il se tourne vers moi, le visage dans le plat de la main. « La musique, même tarif : la répétition. Les spectateurs, ils entendent la musique une fois. Les musiciens, ils répètent, ils reprennent, ils se tuent le coude ou le poignet à force de répéter, ils ont les mêmes collègues assis au pupitre devant ou derrière eux, celui qui tousse, celle qui bavarde sans cesse, celui qui tape la mesure avec son talon, celui qui se déhanche la tête dans de grands mouvements stupides. »

Bruno Le Maire, Musique absolue, Editions Gallimard, 2012

Répétition infernale

Dans l’Hadès, les ombres des morts répètent à l’infini le même geste : Ixion fait tourner sa roue, les Danaïdes tentent en vain de verser de l’eau dans un tonneau sans fond. Mais il ne faut pas voir là une punition, les ombres païennes ne sont pas des damnés. La répétition est ici le chiffre d’une apokatastasis, de la récapitulation infinie de l’existence.

Giorgio Agamben, Profanations, Editions Payot, 2005, p.23

Alors, n’hésitez plus lors de votre prochaine impro, si vous ne savez plus quoi dire, répétez ce que vous venez de jouer…

Jack

* Avec l’aimable autorisation de M Frédéric Rossille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.