Le goût des autres…

Voici un article sur l’appréciation esthétique et le jugement de goût… Vous savez, ces discussions interminables où tout le monde finit par s'engueuler, à propos de tel morceau de musique, de tel style (le rap c'est de la merde), tel musicien (il est nul), groupe (Daft Punk c'est génial), etc. etc. Bon, mes connaissances philosophiques étant limitées, je ne ferai sûrement pas le tour de la question ici, on va plutôt dire qu'il s'agit d'une promenade sans prétention, une fantaisie philosophique dans laquelle j'exposerai les différents points de vue sans prendre parti, renvoyant ainsi le lecteur à lui-même, étant entendu que pour toutes ces questions vertigineuses, personne n'aura jamais la réponse définitive ;-)

NB : cet article doit beaucoup à la lecture passionnée de l'ouvrage magistral de Gérard Genette (oui je sais, vous connaissez plutôt Gérard que Genette… LOL) : L’Œuvre de l’art1.
Ce livre s'appuyait déjà sur un autre livre de Nelson Goodman, Languages of Art : An Approach to a Theory of Symbols, Indianapolis : Bobbs-Merrill, 1968.

Est-ce que cette musique est belle ? Ou moche ?

Cette question en amène tout de suite une autre : qu'est-ce qu'une belle musique ?
Traditionnellement, pour certains, le Beau est une propriété objective de certains objets, de certains êtres ou de certaines œuvres. (Platon, Thomas d’Aquin entre autres). Donc, une belle musique serait belle objectivement, indépendamment du goût de l'auditeur, une vision objectiviste selon Genette.
À cette vision, s'opposerait une vision subjectiviste : je n'ai pas besoin d'être un expert en musique pour apprécier un morceau, une musique est belle quand elle me plaît !    

« La beauté est dans l’œil de celui qui regarde » (proverbe)

Voici donc nos deux grandes catégories posées, on va pouvoir avancer.

Objectivisme (Quand la musique est bonne…)

« Le goût est la faculté de juger et d’apprécier un objet ou un mode de représentation par une satisfaction ou un déplaisir, indépendamment de tout intérêt (personnel, physique ou moral). On appelle Beau l’objet d’une telle satisfaction. »
Kant, Critique de la faculté de juger

Il y a chez Kant une « prétention légitime » à l’universalité, c’est-à-dire à l'unanimité des jugements de goût.

Version réduite : Le goût est la faculté de juger et d’apprécier le Beau. Quand à ce qui permet d’appeler beau un objet, c’est à l’analyse du jugement de goût qu’il reviendra de le découvrir !

Subjectivisme (une musique n'est ni belle ni moche, on l'aime ou pas)

« Gustibus non disputandum »

A-t-on besoin d’être un expert pour apprécier une musique ? Une musique est bonne quand elle me plaît ! Une appréciation n’a pas besoin de l’avis d’un expert car rien n’est plus absurde et moins pertinent que de s’en remettre à autrui pour ce qui relève du goût de chacun.

« Monsieur, raille Stendhal à propos du conformisme français, faites-moi l’amitié de me dire si j’ai du plaisir ? »

Le jugement esthétique est « sans appel », c’est-à-dire autonome et souverain. On aura beau m’énumérer tous les ingrédients d’une musique et me faire observer que chacun d’eux m’est agréable par ailleurs (la batterie tourne bien, le guitariste est d'enfer, j'adore le delay sur la guitare, etc.), j'écouterai cette musique avec mes oreilles : Je ferai connaître ensuite mon jugement (qui n’obéira pas à des principes universels). Il ne s'agit pas ici d'énumérer par l'analyse tous les constituants d'une musique et de juger de leur valeur mais de porter une appréciation. Toujours subjective me semble-t-il !

« Demandez à un crapaud ce que c’est que la beauté… » Voltaire

Pour les esprits chagrins

Tout serait trop simple s'il n'y avait que deux possibilités : Il y aura donc une dernière catégorie qui flotte un peu entre les deux autres et que Genette appelle théorie indigène ;-)

On ne peut pas aimer quelque chose ou quelqu’un, sur quelque plan que ce soit, sans supposer que ce sentiment ait une cause, ce qui est assuré, et que cette cause soit entièrement contenue dans l’objet, ce qui l’est beaucoup moins. Exemple : Si j’aime le vin des Canaries (Kant), c’est parce qu’il existe entre ses propriétés (objectives) et mon goût (subjectif), une relation de convenance qui explique mon plaisir (Un plaisir que ne provoquera pas chez moi un autre vin, et que ce même vin ne provoquera pas chez un autre dégustateur).

« Je l’apprécie parce que c’est lui, parce que c’est moi » Montaigne

Si je trouve belle cette fleur que mon voisin trouve laide (ou indifférente), c’est en raison d’un accord entre cette fleur et moi (entre ses propriétés objectives et ma sensibilité propre). Les faits de relation ont un double motif : dans l’objet et dans le sujet.

« Beauty is pleasure objectified » George Santayana.

La valeur (subjective) de plaisir est attribuée par le sujet à l’objet comme si elle en était une propriété (objective). Il sagit d’une projection (Proust).

Pourquoi cette musique me plaît ?

Il n’y a pas de musique belle en elle-même ! « J’aime cette musique parce qu’elle est joyeuse » est une simple inférence, exacte ou non, d’un effet subjectif à sa cause objective, et je peux me tromper de bonne foi sur la ou les raisons de ma satisfaction esthétique, et croire par exemple, que j’aime cette musique pour sa "joyeuseté", et qu’en fait je l’aime pour sa tonalité de Mi majeure…
Donc, on aime (ou déteste) une musique pour des raisons variées et surtout, personnelles. Donc difficilement énonçables et pour lesquelles on peut tout-à-fait se tromper puisqu'il s'agit d'une appréciation qui ne peut être objectivée.

Des goûts et des couleurs…

Donc, le problème dans les discussions avec les potes viendrait de la confrontation entre des points de vue « catégoriels » si je puis dire. Une discussion qui commence par un tonitruant « Ce morceau est génial ! » se place d'emblée dans un point de vue objectiviste (consciemment ou non) qui appellera la contradiction et la volonté de démontrer le contraire des « partis adverses » : « Tu n'y connais rien en musique, c'est de la merde ce truc ! ». Et là, c'est parti pour des heures ;-)

Pour bien résumer tout ça, voici trois énoncés :

  1. Ce morceau est beau/chouette/génial/nul/merdique : objectivation
  2. Ce morceau me plaît : subjectivation
  3. J’aime ce morceau : subjectivation

Dans le cas 1, on va droit à la bagarre interminable tandis que dans les cas 2 et 3, ça n'appelle pas la polémique, chacun étant libre de conserver sa propre appréciation (encore heureux…). Vous remarquerez que les phrases 2 et 3 sont moins souvent utilisées dans les conversations pour exprimer notre avis sur un morceau. En revanche, lorsqu’on porte un jugement sur un ensemble plus vaste, on dit spontanément « J’aime  Mozart », « J’adore les Beatles » !

Sur le web

La musique commerciale c'est de la merde
Joey Starr
Eloge de la mauvaise musique par Proust (rien moins…)

Les différentes théories de l'esthétique

Pour finir (sans vraiment finir d'ailleurs), un petit rappel de Genette sur les catégories de l'esthétique.

  1. Théorie « émotive » : le jugement esthétique est l’expression d’une émotion.
  2. Théorie « performative » : le jugement esthétique n’est pas une assertion véritable mais plutôt une déclaration qui confère une valeur plutôt qu’elle ne la constate.
  3. Théorie « relativiste » : les jugements dépendent des dispositions particulières des individus ou des groupes qui les énoncent.
  4. Théorie objectiviste : cette théorie soutient que la beauté est une propriété objective de certains objets, qui fonde sans conteste leur valeur esthétique.

Citations

Pour finir, quelques citations en rapport avec notre sujet, pour rire un peu.

« Trop de morceaux de musique finissent trop longtemps après la fin. » – Igor Stravinsky

« Il n'existe que deux sortes de musique : la bonne et la mauvaise. » – Duke Ellington

« Il y a deux catégories de musiciens : ceux qui font de la musique et ceux qui font de l'argent. » Jean Yanne

« La musique, c'est partout pareil. Ça rassemble. Ça fait du bien. C'est un langage commun. » Jack Lang – Extrait du Blog de Jack Lang – 21 Juin 2006

« Plus on s'y connaît en musique, moins on est capable d'en dire quelque chose de valable. » (Patrick Süskind)

J'attends vos commentaires et remarques ;-)

Jack

2 commentaires »

  1. Sassi a dit

    Bonjour,

    Le sujet est vaste et complexe. Je voudrais juste donner un complément à votre article au démeurant très interréssant : La culture. En effet l'appréciation de certaines oeuvres nécessite la connaissance du contexte de l'époque, tant social qu'artistique. Cela permet de remettre l'oeuvre en perspective pour apprécier la façon dont elle s'inscrivait dans son époque. Sans cela elle peut nous paraitre abscon ou insignifiante. Par exemple je faisais écouter un morceau du velvet underground à mon fils agé de 14 ans qui me disait : le son est pourri et ça fait vieux rock….(eh oui ça tranche!) Tout cela pour dire que si la subjectivité se niche dans l'émotion, le lien à l'oeuvre, celui-ci  requiert parfois une culture, une connaissance purement intellectuelle pour accéder à cette émotion….

    • Jack a dit

      Merci de votre commentaire qui nous amène sur le terrain de la culture, que je n’ai pas abordé ici. Je suis tout à fait d’accord avec vous sur la connaissance qui éclaire le jugement esthétique même si, comme je l’ai écrit dans l’article, une fois listées toutes les qualités de tel ou tel morceau de musique, on est rendu à sa propre subjectivité pour l’appréciation. Bien sûr, on essaye de replacer les œuvres dans leur contexte d’origine mais on les juge forcément avec nos oreilles d’aujoud’hui, habituées aux dissonances, avec un diapason à 440Hz, des tempi plus rapides, une lutherie moderne, etc. Et que dire de la musique enregistrée qui capte pour nous les œuvres et qui devient un acteur à part entière de ce qu’on entend à partir du XXème siècle. J’ai assisté à une conférence où un musicien fort connu a dit « La vraie musique, c’est la musique live »…

      Ce que je voulais surtout développer avec cet article, c’est une forme de tolérance en levant certains quiproquos qui nous entraînent rapidement vers la dispute ;-) Par exemple, j’ai des amis qui n’écoutent que les versions live… Sûrement pour atteindre à une forme d’authenticité… Je connais une personne qui ne peut aimer que des musiciens dont elle approuve le comportement… Je connais une autre personne qui n’aime que le jazz d’avant 1975. Etc. Etc. Donc, quand je me trouve à devoir parler musique avec quelqu’un, j’essaye toujours de savoir quels sont les préjugés/pré-supposés sur lesquels elle fonde son jugement, avant de me lancer dans de vaines querelles ;-)

Laisser un commentaire

Le goût des autres…

Les hommes se disputent, une toile de Louis-Léopold Boilly en 1818

Les hommes se disputent, 1818, Louis-Léopold Boilly

Voici un article sur l’appréciation esthétique et le jugement de goût… Vous savez, ces discussions interminables où tout le monde finit par s'engueuler, à propos de tel morceau de musique, de tel style (le rap c'est de la merde), tel musicien (il est nul), groupe (Daft Punk c'est génial), etc. etc. Lire la suite de Le goût des autres…

Pensées sur la musique

Sur la musique - André Suarès

« La musique, langage universel parce q'elle est le le langage de tout l'homme. Lire la suite de Pensées sur la musique

Spotify AI

Intelligence artificielle au sein du logiciel Spotify

Il y a 40 millions de titres disponibles sur Spotify, alors vous vous demandez peut-être quoi écouter ? Justement Spotify a pensé à vous en proposant chaque lundi une playlist de 30 titres à découvrir

Lire la suite de Spotify AI

Le guitariste ignorant

Pat Martino, guitariste et philosophe

Pat Martino, guitariste et philosophe

Quand on commence à jouer d’un instrument, vous pensez qu’on peut faire ce qu’on veut (puisqu’on ne sait rien) ou au contraire qu’on ne peut rien faire (puisqu’on ne sait rien) ?

« It’s up to the individual to take advantage of their own individualism and not to try to be something they’re not. If it isn’t comfortable, it’s natural that it shouldn’t be comfortable. What you are blessed with is what shall result and your innovation will be that. If you avoid it, you will succomb to mediocrity in the process »

Pat Martino

Guitariste, musicien ou artiste ?

Alan Licht

Sous ce titre un peu provoquant se cache une réflexion sur les objectifs qu’on se fixe (ou pas) quand on apprend à jouer de la guitare. La façon dont on se voit soi-même et ce qu’on veut devenir entraînerons des changements fondamentaux dans notre réflexion et dans la façon de considérer nos progrès techniques.

Lire la suite de Guitariste, musicien ou artiste ?

C koi la muzic ?

Un article pour se détendre

Les réponses proposées par un ami, professeur de musique, à des questions (fondamentales) ou des affirmations sur la musique, entendues au cours de ma vie… J’espère que ça vous amusera.

Lire la suite de C koi la muzic ?

The Infinite Variety of Music

The Infinite Variety of Music, by Leonard Bernstein

Ayant fait récemment l'acquisition d'un vieux bouquin en anglais de Leonard Bernstein : The Infinite Variety of Music (Plume Books, 1966), j'ai décidé de publier ici l'introduction de cet ouvrage (sans l'autorisation des éditeurs, j'espère que je n'irai pas en prison pour ça mais ce texte est introuvable maintenant). Lire la suite de The Infinite Variety of Music

Le caractère de la musique

portrait de Marc-Antoine Charpentier

Au XVIIe siècle, Marc-Antoine Charpentier (1634-1704), le compositeur de musique baroque qui a créé le célèbre Te Deum, catalogue dans ses Règles de composition les effets de chaque tonalité de la façon suivante :

Lire la suite de Le caractère de la musique

Le guitariste et le travail

Santa Claus is coming...

En cette période de fin d’année et de bonnes résolutions, j’avais envie de vous proposer un petit article pour vous motiver à vous (re)mettre au travail. Suite à la lecture de l’excellent livre de Gilles VervischComment ai-je pu croire au Père Noël ?, Max Milo Editions, Paris, 2009 -, j’ai trouvé un passage à ce sujet, bien mieux rédigé que je ne saurais le faire moi-même…

Lire la suite de Le guitariste et le travail

Répéter

icône de boucle

Une suite de phrases et de citations sur le phénomène de la répétition, en musique et ailleurs. La répétition est un principe premier en musique. Riff, thème, leitmotiv, pattern, ostinato, autant de termes désignant une phrase musicale, de durée variée, destinée à être répétée, soit à l’identique, soit avec des variations plus ou moins importantes.

Lire la suite de Répéter

Pierre Boulez

Bon, je suis allé voir l’expo sur Pierre Boulez au Louvre et je dois dire que je suis un peu déçu… 2 petites salles de l’aile Denon, des peintures d’artistes qu’il admire, une pièce pour piano diffusée dans un couloir, et des partitions originales et historiques. Ce qui m’a le plus emballé : Le Sacre du Printemps, de la main de Stravinski (version 1913), Amériques de Varèse etc. Magnifique !
Donc, une expo inachevée, ce qui doit plaire à Boulez ;-) Présentation de l’expo sur le site du Louvre.

Lire la suite de Pierre Boulez

le monde merveilleux de la guitare électrique

La guitare Gnossienne du luthier français Alquier

La guitare électrique est la somme de ses défauts et de ses qualités (comme nous…). Dans cet article, je voulais mettre un peu tout ce qui caractérise la guitare et les guitaristes. Ce qui en fait le côté unique en quelque sorte. J’espère que celà vous divertira ;-)Lire la suite de le monde merveilleux de la guitare électrique

les 10 oeuvres françaises les plus exportées

exportation de musique

Voici les 10 oeuvres musicales de la SACEM les plus exportées en 2006

  1. Comme d’habitude
  2. Dragostea Din Tei
  3. Les feuilles mortes
  4. La vie en rose
  5. Tableaux d’une exposition (Arrangement de Maurice Ravel)
  6. Fascination
  7. YMCA
  8. Désenchantée
  9. Concerto n°1 en sol majeur (M. Ravel)
  10. Born to be alive

(Source : SACEM 2007)

On remarquera la disparition du Boléro de Ravel tombé dans le domaine public ;-)

Denis Diderot : Les leçons de musique

Voici encore un savoureux dialogue de Diderot :

L’élève : […] Mais dites-moi, n’est-ce pas une étrange malédiction que j’aie la mémoire excellente pour tout excepté pour la musique ? Je ne puis rien jouer par coeur. Cela est bien déplaisant.

Le maître : Hé bien, ne retenant rien des autres, si jamais vous composez ; bon ou mauvais, ce que vous produirez sera vôtre…

Les chansons les plus reprises au monde

Si vous ne savez pas quoi travailler, voici la liste des 8 chansons les plus reprises au monde. A vous de proposer votre version.Lire la suite de Les chansons les plus reprises au monde

harmonie et pratique instrumentale

La connaissance des gammes et des accords permet d’avoir un background musical important pour la composition et l’improvisation, mais le niveau théorique d’un musicien doit évoluer en parallèle de son niveau pratique/technique, sinon tout ceci peut conduire à un gavage généralisé n’apportant aucune musicalité, bien au contraire…

Contrepoint et rigueur…

Voici l’avant-propos du très sérieux traité de contrepoint de Marcel Dupré (Alphonse Leduc – Editions musicales) :

« On ne peut, en contrepoint, considérer que le contrepoint rigoureux, conforme aux règles esthétiques respectées par les Maîtres du XVI° Siècle. L’étude du contrepoint libre, ou fantaisiste, est vaine. »

Tout ça ne donne pas très envie de rire, certes, mais je vous recommande quand même vivement ce traité pour avoir une idée de ce que signifie rigueur en musique ;-)

Jimi Hendrix

le guitar-hero de ma jeunesse sniff…Lire la suite de Jimi Hendrix

fausses notes

Un critique musical avait dit à propos de Prokoviev : « c’est du Mozart avec des fausses notes »

Plus récemment, Isaac Stern a dit : Je n’ai jamais interprété le Concerto de Schöenberg, par exemple. Leonard Bernstein me disait : « C’est du Schumann avec des fausses notes. » Pour moi, ce sont des fausses notes sans Schumann !
Isaac Stern (L’Express du 21/12/2000)

Jouer du jazz ?

Etre né quelque part

Si vous n’êtes pas nés à la Nouvelle-Orléans ou à Kansas City, serez-vous capable de jouer du jazz ? Je pense que c’est possible mais que ça ne sera pas donné…Lire la suite de Jouer du jazz ?